• L'ATELIER DE GHISLAINE

    Atelier 152 et Récapitulatif du 151

    Atelier hebdomadaire

    8 mots, un thème, un ressenti sur image

  • Atelier de Ghislaine

    Atelier N°163

    3 choix :

    Les 8 mots : Futur, raison, attente, complice quand, lorsque, maintenant, pourquoi

    Ou un texte contenant ," Soudain j'ai su " et se terminant par " Hélas, on ne peut rien y changer"

    Ou Un texte sur le thème " Ecrire "

    ***

    L'atelier N°163 de Ghislaine

    Écrire

    J’ai toujours aimé écrire !  Le crayon, le porte-plume, le stylo  et maintenant  le clavier sont tour à tour devenus complices de mon imaginaire. Les cahiers d’écolière, les carnets, les blocs notes puis l’écran, sont les supports de mes …élucubrations !

    Écrire est un verbe merveilleux que je conjugue à tous les temps : passé, présent, futur…. Et même imparfait !

    C’est lorsque je suis rentrée en cinquième, que j’ai eu la révélation !  C’est arrivé quand notre prof de français nous a demandé d’écrire un poème.

    Soudain j’ai su que la poésie  allait devenir  le fil rouge de ma vie. J’ai su que les mots seraient mes amis. J’ai su qu’inventer des histoires allait me combler. J’ai su qu’écrire serait ma passion pour toujours

    Pourquoi la composition de ce premier poème a-t-elle pu avoir un tel impact dans mon existence ? Je ne saurais l’expliquer ! L’écriture a ses raisons, que la Raison ne connaît pas !

    Le besoin d’écrire peut toutefois devenir une vraie torture, lorsque l’inspiration joue la fille de l’air ! Son absence se fait rudement ressentir !  L’attente est alors insupportable. Dans ces cas -là, je me sens vide, triste, malade…

    Parce qu’en effet, l’inspiration est le moteur de l’écriture. Sans elle la page reste blanche ! Et cela hélas, on ne peut rien y changer !

    04-09-2021

    ©A-M Lejeune

    ***

    Le voici ce premier poème, je m'appelais alors Anne-Marie Brouard

    Mon village  (1964)

     

    Où es-tu mon village

    Mon univers d’enfant,

    Toi que j’aime d’avantage

    Encor que le printemps ?

     

    Ô toi qui m’a vu vivre

    Mes plus tendres années

    Vois désormais le livre

    D’une âme infortunée !

     

    Désormais je médite

    Au destin qui m’est dû

    Et parfois je m’irrite

    De mon bonheur perdu.

     

    Je voudrais mon village

    Te retrouver comme avant,

    Ouvrir à nouveau les pages

    De mon bonheur d’antan.

    C'est le bâtiment où nous vivions

    Il servait de logement gratuit aux ouvriers de l'usine et à leur famille

    L'usine jouxtait le Moulin  qui n'existe plus depuis pas mal d'années

     

     

     

    Google Bookmarks Pin It

    10 commentaires
  • Atelier de Ghislaine

    Atelier N°162

    Les 8 mots : Tapis, brindille, obscurité, pareil, calmer, écrire, plaire, sourire.

    Ou un texte avec le plus possible de mots finissants par " age "

     Ou un texte sur le thème " Liberté "

    Photo perso prise à Élincourt -Sainte -Marguerite dans l'Oise, le 11-08-2021

    L'atelier N°162 de Ghislaine

     

    Libre

                Il marche calmé sur le tapis de feuilles.  Les brindilles sèches craquent sous ses pas.

                Dans les branchages, les oiseaux chantent à tue-tête. Leur joyeux ramage lui plait infiniment. Dans ce sous- bois tranquille, apaisant,  il se sent pareil à eux,  léger et libre comme l’air !

                Cette promenade l’a comme libéré de sa cage. Le sourire est revenu sur son visage, l’obscurité s’est évaporée de son cœur. Juste avant de claquer la porte  en la laissant en plan dans leur salon dévasté, la colère faisait rage en lui, brouillant son jugement.

                Cette énième scène de ménage injustifiée, c’est la goutte qui  a  fait déborder le vase !

                Il n’en peut plus qu’elle le croit volage, alors qu’il est sage comme une image et  qu’il n’a jamais failli à leur mariage. Sa jalousie sans limite l’épuise ! Il n’a plus le courage de la supporter. Son amour pour elle est usé jusqu’à la trame !

                Il a bu l’amer breuvage jusqu’à la lie mais c’est fini ! Il est prêt à tourner cette page de sa vie et à en écrire une nouvelle, sans elle !

                Il va reprendre sa liberté, quitte  à faire ses bagages !

    ©A-M Lejeune

    23-08-2021

    Google Bookmarks Pin It

    17 commentaires
  • Atelier de Ghislaine

    Atelier N°161

    Les 8 mots : Refuge, tentative, mission, lettre, écouter, venir, prendre résonner

     - Ou un texte avec le plus possible de mots commençant par G

     - Ou Inclure dans votre ressenti sur cette photo la phrase,

    «  Ici , je me souviens que... »

    Atelier 161

    Retour sur image

    Me voici revenu. La petite route n’a pas changé. Ni la montagne géante  tout au bout,  en ligne de mire.

    J’ai gardé ta lettre. Les mots sont gravés en moi. Et la mission que tu m’avais donnée, est à jamais inscrite dans ma mémoire.

    «Très cher Gérald, viens me rejoindre là-haut et je t’appartiendrai. Je t’aime ! Géraldine » M’écrivais-tu. Ta calligraphie était aussi gracieuse et déliée que toi.

    Après tant et tant d’années, de retour ici, je me souviens que mon envie avait été grande de ne pas venir. De ne pas écouter mon cœur pourtant déjà  si gravement  atteint par la maladie d’amour. Mes tentatives pour te gommer de mes pensées  étaient restées vaines. Tout me revenait de toi : ta grâce, ta simplicité, ta gentillesse, cette gaucherie qui te rendait si attachante. Sans parler du galbe généreux de ton corps qui faisait galoper le sang  plus vite dans mes veines. J’ai eu beau évoquer notre rencontre explosive  à L’Opéra Garnier, rien n’a pu gâcher mon souvenir. Nous y étions tous deux, chacun de notre côté, pour « Don Giovanni ». C’était ta première visite à Paris, ton premier bain de provinciale dans le beau monde. Tu m’as bousculé. Je t’ai trouvée godiche. Et toi, tu m’as trouvé grossier et gonflé de prétention sous mes grands airs de citadin.

    Quel coup de foudre grandiose en vérité !   Tu es repartie vers tes montagnes ma bien- aimée gardeuse de chèvres et je t’y ai rejointe, comme tu me l’avais demandé. Puis tu as quitté ton univers pour adopter  le mien ! 40 ans d’amour ma Géraldine. Et 3 beaux enfants.

    Me voici revenu. Je suis prêt à prendre le chemin qui mène au refuge, là -bas, sur les pentes escarpées, au-delà de la forêt qui moutonne au loin. Tu m’y as donné rendez-vous, comme autrefois ! Sur les sommets, l’orage gronde. Mais tes mots résonnent en moi bien plus fort. Sur mon portable, accompagné de cette photo, le message vocal que tu m’as laissé avant de partir, m’appelle irrésistiblement, « Viens me rejoindre ! »

    Il n’y avait que toi pour imaginer un si génial anniversaire mon amour ! 

    10/08/2021

    ©A-M Lejeune

     

     

     

    Google Bookmarks Pin It

    12 commentaires
  • Atelier de Ghislaine

    Atelier N°160

    Les 8 mots :  Parole, charme, femme, entrain entrevoir, imaginer, estomper, nuire.

    ou thème " Pensées "

    ou au moins 5 mots contenant ' ail '

    ***

    Les dons des fées

     

    Penchées sur son berceau les fées avaient déployé  pour elle un large  éventail de dons merveilleux !

    Aucune d’entre elles n’avait imaginé qu’un jour ces cadeaux si généreusement octroyés,  puissent  nuire à la femme qu’elle allait devenir. Si elles avaient pu entrevoir l’avenir, peut-être auraient elles quelque peu estompé la puissance des charmes bénéfiques qu’elles avaient tissés autour du bébé endormi

    -Tu auras le don de la parole, avait dit Bavarde, la plus jeune d’entre elles. Et  secouant  ses cheveux couleur corail, elle avait saupoudré le berceau d’une poussière colorée  de mots magiques.

    -Je t’offre la beauté ! Avait lâché Coquette en agitant ses ailes irisées. Puis, pour prouver qu’elle en était capable, elle avait transformé un épouvantail en adorable poupée qu’elle avait déposée près de l’enfant

    -Je t‘offre l’entrain, la joie de vivre ! Optimiste et heureuse tu seras de nature, Avait promis Joyeuse en faisant pleuvoir sur la mignonne des éclats de rire et de bonheur arc-en-ciel.

    -Moi, je te fais don de l’amour véritable. Avait dit Douce de sa voix si douce. Tu seras bonne, compatissante, aimante envers autrui, capable de penser aux autres  plus qu’à toi-même. Puis  elle avait fait tomber une pluie de cœurs d’or  sur la fillette.

    -Je te donne l’intelligence, le courage et la sagesse. Pour ces dons, nul besoin de l’attirail de pacotille de mes consœurs. Avait solennellement prononcé Sérieuse, qui exerçait la sorcellerie blanche depuis un bail. Puis elle avait  simplement posé la main droite sur le cœur du bébé blond, y déversant instantanément son pouvoir.

    Leur travail achevé, les 5 fées s’étaient évaporées

    Elle a grandi, développant à son insu chacun des dons qui lui ont été faits. Femme exceptionnelle, elle a mis son incroyable talent d'oratrice  au service de nobles causes. Ce qui lui a valu une renommée bien au-delà des frontières de son pays natal. Un prince oriental est tombé amoureux d’elle. Il l’a enlevée. Les lourdes portes de son palais se sont refermées sur elle. Désormais prisonnière, elle est la perle de son sérail.

    Il ne lui reste que ses pensées pour s’évader.

    31/07/2021

    ©A-M Lejeune

     

     

    Les dons des fées

    Création personnelle

     

    Google Bookmarks Pin It

    10 commentaires
  • Atelier de Ghislaine

    Atelier N°159

    Les 8 mots : Silence, ruban, chemisier, gamine, jouer, savoir, pouvoir, miner

    ou thème " à votre choix "mais inclure la phrase "" Tu sais ce que....""

    Ou ressenti sur cette image

     

    Atelier 159 et Récapitulatif du 158

    ***

    L’enfant qui dort en moi

     

    Lorsque  qu’un trop plein d’angoisse m’étouffe et me mine

    J’enfile un chemisier tout parsemé de fleurs

    Puis j’accroche à mon cœur des rubans de couleur.

    Alors je redeviens l’éternelle gamine,

     

     Celle qui, en silence, dort  dans ma mémoire,

    Blondinette aux yeux bleus dont le regard rêveur

    Ne reflétait encore que joie et douceur.

    Tu sais ce que je dis, toi qui connais l’histoire…

     

    Quand ils jouent les enfants ont un pouvoir immense

    D’une forêt ils font un royaume perdu,

    Peuplé de loups, de fées, de monstres farfelus…

    Ils y règnent vêtus d’armures d’innocence.

     

    Tu pourrais les y voir sur leurs belles montures,

    Fabuleuses licornes ou fiers destriers,

    Parcourir au galop tous ces humbles sentiers,

    Invincibles héros en quête d’aventure.

     

    Ils sont reines et rois de palais de branchages,

    Courageux chevaliers aux genoux écorchés

    Belles au bois dormant aux vêtements tachés…

    Un monde dont les grands ont oublié l’usage.

     

    Est-il vraiment si loin le pays des merveilles ?

    Alice, Cendrillon, Tom Sawyer, Peter Pan...

    Au fond de nous sommeille notre âme d’enfant.

    La mienne bien souvent, dans les bois se réveille…

     

    24/07/2021

    ©A-M Lejeune

    L'atelier N°159 de Ghislaine

     

    Google Bookmarks Pin It

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique