• L'atelier N°159 de Ghislaine

    Atelier de Ghislaine

    Atelier N°159

    Les 8 mots : Silence, ruban, chemisier, gamine, jouer, savoir, pouvoir, miner

    ou thème " à votre choix "mais inclure la phrase "" Tu sais ce que....""

    Ou ressenti sur cette image

     

    Atelier 159 et Récapitulatif du 158

    ***

    L’enfant qui dort en moi

     

    Lorsque  qu’un trop plein d’angoisse m’étouffe et me mine

    J’enfile un chemisier tout parsemé de fleurs

    Puis j’accroche à mon cœur des rubans de couleur.

    Alors je redeviens l’éternelle gamine,

     

     Celle qui, en silence, dort  dans ma mémoire,

    Blondinette aux yeux bleus dont le regard rêveur

    Ne reflétait encore que joie et douceur.

    Tu sais ce que je dis, toi qui connais l’histoire…

     

    Quand ils jouent les enfants ont un pouvoir immense

    D’une forêt ils font un royaume perdu,

    Peuplé de loups, de fées, de monstres farfelus…

    Ils y règnent vêtus d’armures d’innocence.

     

    Tu pourrais les y voir sur leurs belles montures,

    Fabuleuses licornes ou fiers destriers,

    Parcourir au galop tous ces humbles sentiers,

    Invincibles héros en quête d’aventure.

     

    Ils sont reines et rois de palais de branchages,

    Courageux chevaliers aux genoux écorchés

    Belles au bois dormant aux vêtements tachés…

    Un monde dont les grands ont oublié l’usage.

     

    Est-il vraiment si loin le pays des merveilles ?

    Alice, Cendrillon, Tom Sawyer, Peter Pan...

    Au fond de nous sommeille notre âme d’enfant.

    La mienne bien souvent, dans les bois se réveille…

     

    24/07/2021

    ©A-M Lejeune

    L'atelier N°159 de Ghislaine

     

    « Quand Serge Lama chante BrassensNouveau logo »
    Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    14
    Vendredi 30 Juillet à 18:00

    Merci pour cette invitation à retrouver les chemins de l'enfance. Quand je prends les sentiers que j'empruntais gamine dans mon ancien quartier, c'est un peu de cet esprit qui m'habite aussi, même si le petit bois depuis a été éclairci, les fourrés ne sont plus là mais les souvenirs eux restent.

    Bon week - end 

    Bises 

    13
    Mardi 27 Juillet à 00:08

    Un immense merci groupé  pour vos gentils commentaires :

    Zaza, Jill, Patricia, Florence, Renée, Daniel,Georgette, Claudie, Colette, Cricket, Ghislaine et Golondrina

    Je vous embrasse très fort

    Voici la "maison" de la petite blondinette rêveuse, elle a abrité ma petite enfance, ainsi que celle de tous les gamins dont le papa travaillait à l'usine qui  la jouxtait. Des tas de souvenirs y sont rattachés

    Elle a été détruite il y a déjà longtemps 

    "Le moulin" de Limetz

     

    12
    Lundi 26 Juillet à 23:03

    Tu sais nous inviter dans tes phrases 

    Si bien couchées sur la toile 

     Aisément on entre dans ton récit

    Tu nous enveloppes d'un  doux voile 

    Merci 

     

    11
    Dimanche 25 Juillet à 12:55

    Que j'aimerai avoir ce pouvoir des enfants qui donnent la magie du tout va bien au pays de l'insouciance...

    La vie nous donne des batailles pas faciles...

    Merci à toi pour ce beau poème

    10
    Cricket
    Dimanche 25 Juillet à 01:00
    Sublime ! Il faut se souvenir l’enfant que l’on a été
    9
    Samedi 24 Juillet à 22:50
    colettedc

    Tout à fait superbe, ton texte, Anne-Marie. Ils sont bons, en nous, ces souvenirs d'enfance. Je comprends, oui, cette blondinette aux yeux bleus ... douce toute fin de soirée et bon dimanche.

    Gros becs

    8
    Samedi 24 Juillet à 15:56

    Encore une fois un très beau texte !

    Parfois j'y retourne volontiers dans mon enfance mais je n'ai pas trop de souvenirs. Le fait que mon père ait quitté la maison quand j'avais 10 ans fait que j'ai occulté beaucoup la période où il était encore là, ma mémoire a fait un trait sur cette période ou presque.

    Bon wee-kend.

    7
    Samedi 24 Juillet à 15:53

    Superbe ton texte Anne Marie, rien de plus beau

    que de rester avec son âme d'enfant.

    Perso, je l'ai gardé longtemps, sauf quand ma vie est devenue un cauchemar.

    Merci pour ta visite sur mon fiston.

    Dieu est en chacun de nous, c'est cette petite voix

    que toi seule peut entendre.

    Bisous mon amie

    6
    Samedi 24 Juillet à 15:53

    Magnifiquement écrit ce poème entre réalité et fiction Bonne soirée Daniel

    5
    Samedi 24 Juillet à 15:25
    Renée

    Quelle magnifique texte bravo à toi. Bisous doux weekend

    4
    Samedi 24 Juillet à 11:56

    whaou merci de cette douce nostalgie, qui est enfoui en chacun de nous reconnectons nous dans ces instants d'innocence perdue non on peut la retrouver amitiés 

    3
    Samedi 24 Juillet à 08:25

    comme c est beau j adore bisous du jour 

    bonne journée et bon weekend mon amie 

    bisous bisous amitiés 

    2
    Samedi 24 Juillet à 06:45

    Ah oui, il faut garder en soi son passé d'enfant, l'âge d'or ,-) belle journée AnMaï, bises JB

    1
    Samedi 24 Juillet à 06:30

    Comme c'est bien écrit.... Heureusement que le monde de l'enfance ne nous quitte jamais... cela nous permet de faire resurgir de si eaux souvenirs....

    Bises et bon samedi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :